Rechercher
  • Charlène Janiaux

Le "journaling" : c'est le moment de s'y mettre !

Et si c'était le moment pour commencer votre journal intime ? Je vous invite à découvrir les bienfaits du journal intime pour l'adulte.

Vous pensiez peut-être que rédiger ses joies et ses peines dans un joli carnet fermé à clef était réservé aux adolescents ? Il s'agit là d'une idée reçue. De nombreux adultes ont déjà découverts les vertus de l'écriture.


A QUOI CA SERT ?


Se libérer : Choisir ses mots pour les poser sur le papier est un exercice libérateur. Le journal intime est le recueil de toutes les confidences. Sans a priori et sans jugement, chaque mot aura sa place dans ce journal car c'est le votre. Vous pourrez constater, plus ou moins rapidement, la sensation de légèreté dans votre esprit et même votre corps.


Voir plus clair : C'est la possibilité de mettre de la distance avec ce qui vous préoccupe, vous bouleverse. En réfléchissant à ce que vous avez vécu les heures ou les jours précédents, vous identifiez et triez ce qui a été important ou non pour vous. L'esprit plus léger et clarifié, il devient plus facile de prendre les meilleures décisions. Des prises de conscience peuvent émerger.

Gérer son stress : Prendre le temps de se poser quelques instants pour remplir son journal intime, c'est aussi s'autoriser à se stopper et prendre du temps pour soi. Votre attention se déplace sur le choix de votre stylo... sa couleur d'écriture... par quoi allez-vous bien commencer pour remplir cette page blanche... puis l'intensité des émotions baisse lors de la prise de notes. Le stress s'estompe.


Se connecter à soi : S'interroger sur ce que l'on a ressentis dans telle situation, nécessite de se connecter à soi. Mettre un nom sur l'émotion vécue et identifier ses besoins permet de mieux se connaître. C'est un peu comme si la page blanche de votre journal intime vous demandait "comment te sens-tu aujourd'hui, ici et maintenant ? " Un dialogue intérieur s'installe, vous êtes alors connecté à vous-même.


COMMENT FAIRE ?


1- Choisir son journal : Il doit vous plaire, vous inspirer. La taille de votre carnet doit vous permettre de l'emporter avec vous (en vacances, en déplacement professionnel, lors d'un séjour à l’hôpital...). Attention, s'il est trop petit vous risquerez d'être limité dans la quantité de vos écrits. Si vous êtes créatif, fabriquez-le ou customisez sa couverture ! Pour une discrétion absolue, recouvrez-le avec la sur-couverture d'un roman.

2- Se poser des questions : Vous ne savez pas par quel bout commencer. Vous avez l'impression qu'un carnet ne suffira pas à recevoir toutes vos joies et tracas. Et lorsque la pointe de votre stylo s’apprête à attaquer le papier...plus rien....c'est la panne. Alors voici quelques questions pour vous aider à démarrer :

Quels événements m'ont marqué ?

Quelle(s) émotion(s) je ressens aujourd'hui ?

De quoi ai-je besoin pour me sentir bien ?

J'identifie 3 éléments négatifs et 3 éléments positifs de ma journée.

Qu'est-ce qui est important pour moi ?

...

Il ne s'agit pas nécessairement de faire de belles phrases ou des figures de style dans votre journal intime, il n'a pas vocation à être lu par autrui. Il n'a pas pour principe d'être relu par son auteur non plus. Si toutefois l'exercice de l'écriture vous semble difficile, faites des listes, écrivez des mots-clefs ou dessinez ! L'important est de déposer votre idée sur le papier. Autorisez-vous la créativité en faisant des découpages et du collage. Les symboles que vous aurez choisi vont représenter vos idées, vos émotions, votre spiritualité.


3- Quand et comment ?

Choisissez le moment idéal pour vous. Certains vont préférer le matin (pendant le petit-déjeuner), pour d'autres ce sera l'après-midi (l'activité est plus calme), ou bien le soir (pour prendre le temps d'analyser sa journée et éviter de ruminer dans son lit). Pour profiter des bienfaits du journaling, il est important de ritualiser ce moment. Néanmoins, cela ne doit pas être une contrainte. Remplir son journal régulièrement ne veut pas forcément dire tous les jours (même si c'est mieux). Cela peut être une fois par semaine, afin de se faire son bilan personnel.

Notez la date du jour à chaque écrit.

L'idée n'est pas de passer 1h sur votre journal intime, entre 5 et 20 minutes par jour suffisent. Cela vous oblige à faire du tri dans vos idées, à résumer les événements, à chosifier certains éléments pour les mettre à distance (grâce au dessin et aux symboles).


Si vous hésitez encore à vous lancer, je vous invite à découvrir ce qu'en pense Christophe André :

https://www.dailymotion.com/video/x6vkdqo


LE LIEN AVEC LA SOPHROLOGIE


Pourquoi une sophrologue écrit un article pour vanter les mérites du journaling ?

Je vais vous parler de la phénodescription. Il s'agit d'un jargon que tous les sophrologues connaissent bien. La phénodescription est une étape importante en sophrologie qui consiste à décrire les phénomènes ressentis au cours d'une séance. Elle peut se faire oralement ou par écrit. Le sophrologue peut parfois offrir un carnet de phénodescription à son client.

Le sophrologue invite le participant à explorer ses sensations avant de démarrer la pratique. Cela lui permet de se connecter à lui même dans l'instant présent. A la fin de la pratique, le sophrologue ouvre de nouveau un temps pour recueillir les phénomènes qui ont pu être observé. Le participant peut s'exprimer à l'oral et/ou à l'écrit. Pour les enfants, le sophrologue propose de faire un dessin. La phénodescription écrite permet de fixer l'évolution de ses ressentis et des nouvelles perceptions."La phénodescription est l'acte qui permet la transformation" Geneviève LAUTIER, sophrologue caycédienne, directrice de l'école de sophrologie de Carcassonne.


Voici le lien évident entre le journal intime et le carnet de phénodescription : il s'agit d'écrire et de décrire ses expériences vécues permettant ainsi la transformation, le développement personnel.